Pourquoi le biogaz est-il une bonne alternative ?

Pourquoi le biogaz est-il une bonne alternative ?

Le biogaz, qu’est-ce que c’est ?

Le biogaz est un biocarburant qui est produit naturellement à partir de la décomposition des déchets organiques en l’absence d’oxygène (processus également connu sous le nom de digestion anaérobie). Le biogaz est constitué principalement de méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2) dans des proportions qui dépendent de la matière première digérée et des techniques de production. La quantité ou le volume de biogaz est normalement exprimé en «Normo m3» (Nm3), une unité utilisée dans l’industrie qui permet de comparer des mesures effectuées dans des conditions différentes et ramené aux conditions normatives. La valeur énergétique du biogaz varie entre 4,5 et 8,5 kWh / Nm3 en fonction des quantités de méthane, de dioxyde de carbone et d’autres gaz. Cela correspond à approximativement un demi-litre de gazole ou 5,5 kg de bois de chauffage. De plus même si le méthane et le dioxyde de carbone sont inodores, le biogaz peut également contenir une variété de composés tels que le sulfure d’hydrogène responsable d’une odeur désagréable. En ce qui concerne ses constituants, le biogaz est comparable au gaz naturel, qui contient cependant jusqu’à 99% de méthane. La différence majeure entre les deux gaz est que le méthane présent dans le gaz naturel a des origines fossiles. Le biogaz peut être utilisé pour remplacer le gaz naturel dans de nombreuses applications telles que la cuisson, la production d’électricité ou la production de chaleur. Sous forme de bio-méthane (quand le biogaz est épuré), il peut être utilisé comme carburant véhiculaire.

Alors, comment ça marche ?

Le cycle de production et d’utilisation du biogaz est continu. Les matières organiques telles que le fumier, les résidus agricoles, les boues d’épuration ou les déchets ménagers sont introduites dans un digesteur de biogaz. Au sein du digesteur, la fermentation des matières organiques prend entre 14 et 40 jours pour produire du biogaz. Contrairement aux idées reçues, les installations de biogaz ne sont pas remplies de gaz explosifs sous pression, car les réservoirs sont principalement remplis d’eaux usées et seul le sommet de ces réservoirs contient du gaz.

09899c446f22de9c995db82e67f6e323

Par conséquent, s’ils sont manipulés et entretenus correctement, les digesteurs de biogaz ne sont pas des infrastructures dangereuses. Pendant la digestion anaérobie, le maintien d’une température adéquate constante ainsi que l’utilisation d’eau afin de maintenir la culture bactérienne sont des facteurs clés pour maximiser la production de gaz.

Qu’est-ce qui sort d’un digesteur de biogaz ?

Selon notre partenaire (B) energy, 15 kg de bouse de vache (ou déchets organiques de cuisine[1]) et la même quantité d’eaux usées produisent environ 1 Nm3 de biogaz avec lesquels on peut cuisiner pendant environ 3 à 4 heures. Une fois le processus de digestion anaérobie terminé, les composés organiques restants sont transformés en un engrais de haute qualité appelé digestat. Ce bio-engrais peut être séparé: la partie solide peut être compostée et la partie liquide peut être utilisée comme engrais liquide. Lorsque le digestat disponible ne peut pas être utilisé immédiatement, il peut être stocké et ajouté au compostage avec d’autres matières organiques. L’engrais composté résultant peut ensuite être stocké pendant plusieurs semaines.
[1] Au Bénin, les déchets ménagers sont principalement composés de déchets de cuisine, de restes de nourriture et de peaux de légumes et de fruits

Pourquoi le biogaz est une alternative énergétique durable ?

DSC_1849 Près de trois milliards de personnes dans les pays en développement comptent sur le bois, le charbon de bois, les excréments d’animaux, les déchets agricoles ou le charbon pour satisfaire leurs besoins énergétiques en matière de cuisson. Cette dépendance aux combustibles solides a des conséquences graves pour leur santé, l’environnement et le développement social et économique. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la pollution de l’air due à la cuisson et au chauffage tue plus de 4 millions de personnes chaque année et affecte la santé de millions d’autres personnes. Actuellement, au Bénin, 94% de la population utilise des combustibles solides pour cuisiner. En introduisant un nouveau modèle d’affaires autour d’une solution mobile de distribution du biogaz à usage domestique, notre projet pilote à Toffo répond ainsi aux besoins humains fondamentaux, tout en émancipant et en engageant les communautés locales.

De nos jours, le secteur de gestion des déchets contribue directement à l’effet de serre. Les décharges sont une source importante d’émanations de gaz à effet de serre (GES), notamment de méthane, et les installations de biogaz pourraient considérablement réduire cet effet de serre en capturant ce gaz nocif. L’impact de notre projet ne s’arrête pas là car l’utilisation du digestat a le potentiel d’améliorer la fertilité et la structure du sol en améliorant la productivité agricole dans les communes les plus pauvres, où l’utilisation de pesticides chimiques et la récolte non durable du bois contribuent à la perte de la biodiversité et la dégradation des terres. Le site de valorisation des déchets de Rebin produira 10 000 m3 de biogaz et plus de 400 tonnes d’engrais organique par an, économisant ainsi 164 tonnes de bois utilisé comme combustible de cuisine par les familles et contribuant à une réduction de 330 tonnes de CO2.

Étant donné que la production de biogaz repose sur l’utilisation de matière organique, la production peut être facilement maintenue même dans les zones rurales où les déchets organiques sont facilement disponibles. Pour les ménages des pays en développement, l’utilisation du biogaz pourrait non seulement permettre de réaliser des économies et d’améliorer la santé grâce à l’utilisation réduite de sources d’énergie non durables, mais aussi améliorer globalement le niveau de vie des familles vu que les déchets qu’ils produisent se transforment en ressources qu’ils peuvent apporter sur le site de valorisation en échange d’un paiement.

DSC_1823

Enfin, avec notre projet pilote, Rebin crée de nouvelles opportunités d’emploi en offrant des conditions de travail décentes et en engageant les femmes dans tout le modèle entrepreneurial. Nous considérons que les femmes au Bénin, en étant les principales utilisatrices de fuels à usage domestique et en ayant une connaissance approfondie des conditions et des ressources locales, jouent un rôle important dans l’adoption de biocarburants et d’équipements innovants et propres.

L’adoption de la technologie du biogaz présente de nombreux avantages : développement économique, impact environnemental et social et enfin, dernier élément mais non des moindres, durabilité.