Le Centre Songhaï à Porto Novo

Le Centre Songhaï : développement durable de l’entrepreneuriat

Lors de notre mission au Bénin en décembre 2016, nous avons eu l’opportunité et la chance de découvrir le Centre Songhaï, un centre d’excellence pour la formation des jeunes entrepreneurs en agrobiologie et dont le siège régional est situé à Porto Novo.

Cela fait plus de 30 ans que le Centre Songhaï travaille à promouvoir entrepreneuriat agricole durable au Bénin. Cette ONG créée en 1985 et reconnue depuis 1990 est principalement active dans la formation, la production, la recherche et le développement dans les domaines agricole et agro-industriel. Depuis sa création, le personnel du centre se focalise sur le développement d’un modèle de production agrobiologique ainsi que des formations pour les entrepreneurs agricoles. Cette institution de promotion du développement durable s’appuie sur les jeunes entrepreneurs pour mettre en avant des modèles socio-économiques viables à travers le pays. Le centre contribue ainsi au développement économique du Bénin en créant des villes rurales vertes sur le territoire.

dsc_0546

Le modèle Songhaï est basé sur la relation entre l’environnement, l’agriculture, la technologie, les services et l’industrie. Dans la pratique, le modèle encourage l’utilisation des ressources locales, la combinaison des pratiques agricoles traditionnelles et modernes, l’adaptation technologique et la diversification des activités. Grâce à ces pratiques, Songhaï intègre des concepts de «zéro déchet» et de «productivité totale» grâce à l’utilisation de pratiques agricoles biologiques et écologiques. Ainsi, le modèle Songhaï offre aux communautés rurales la possibilité d’utiliser et de gérer leurs ressources de manière durable tout en favorisant le développement économique local.

Son modèle est une source d’inspiration pour notre projet pilote dans la commune de Toffo. Il comprend principalement trois composantes du développement, à savoir:

  • Impliquer les centres agricoles de manière durable sur le plan financier et environnemental dans la transformation des produits primaires;
  • Former les agriculteurs et renforcer les compétences des entrepreneurs et des dirigeants socio-économiques en mettant l’accent sur les concepts «zéro déchet» et «productivité totale», tout en incluant les techniques de pré et post-récolte;
  • Faciliter l’accès à une communauté d’agriculteurs diplômés qui forment des pôles d’affaires agricoles et gèrent leurs propres fermes, grâce à un réseau de prestations de services et d’accès au marché.

Nous espérons pouvoir construire un partenariat durable avec cet acteur incontournable au Bénin et en particulier sur la composante du biogaz.

dsc_0570

Un grand merci à son fondateur, le père Godfrey Nzamujoleurs ainsi qu’aux responsables du secteur « Energies Renouvelables », Messieurs Victor Boko et Justin Lekoto, pour leur aide et contribution précieuse qui augure une belle coopération entre nos deux organisations.

IMG-20170223-WA0000

 

 

Visite du pôle vert de Châtillon, Genève, 2 février 2017

Visite du pôle vert de Châtillon, Genève, 2 février 2017

L’équipe de la Fondation ReBin pour le Développement Durable a visité le site d’espace de récupération cantonal et le pôle vert de Châtillon avec une délégation du Bénin, ainsi qu’un représentant de la Fondation Naturaethica. Ce site est le premier des trois espaces de récupérations cantonaux (les deux autres étant ceux de la Praille à Carouge et des Chanâts à Bellevue).

mapGE

Visite du pôle vert de Châtillon, Genève (2 février 2017)

Ce fut l’occasion pour nous d’observer la politique de gestion des déchets mise en place par le Canton de Genève avec les processus de valorisation des matières organiques notamment. A côté de l’espace de récupération se trouve le pôle vert ou les déchets issus des cuisines et des jardins (herbes, feuilles, branchages) sont réceptionnés et traités selon deux filières complémentaires : la méthanisation et le compostage.

La valorisation des déchets organiques consiste à retourner cette matière issue de la consommation des ménages genevois dans le cycle naturel. D’une part, la méthanisation opère comme un estomac ; c’est un processus anaérobie d’environ 21 jours qui produit du biogaz, le méthane en l’occurrence. On estime qu’une tonne de déchets organiques introduite dans le digesteur permet de produire 120m3 de gaz. Les 250 kilos de digestat pourrait représenter un riche engrais pour les champs, mais n’est pas exploité à sa juste valeur, principalement à cause des nuisances olfactives qu’il produit.

 

DSC_0811

D’autre part, le compostage agit sur la matière organique comme un sous-bois de forêt sur une période de 6 semaines environ. Ce processus aérobie de fermentation produit un humus riche et bénéfique à la culture agricole et aux jardins. Le pôle vert de Châtillon reçoit et traite environ la moitié des déchets de cuisine et de jardin du canton. Il est le principal centre de valorisation des déchets verts avec près de 23’000 tonnes réceptionnées dont 4’000 tonnes qui sont traitées par la méthanisation. Elle produit environ 600 MWh d’électricité, soit la consommation annuelle d’électricité d’environ 150 ménages genevois.

La visite s’est poursuivie par la présentation du projet de la « P’tite Poubelle Verte« , une initiative de collecte des déchets organiques du canton qui a rencontré un grand succès et ce grâce à une collaboration effective entre le Canton et plusieurs communes, dont la Ville de Genève. La « P’tite Poubelle Verte » consiste en un bac aéré qui évite que le processus de fermentation ne commence dans ce même réceptacle. Donc ni odeur ni liquide à la maison ! Il est indispensable d’utiliser un sac compostable, généralement produit à base d’amidon de maïs. Ce sac est reconnaissable par son label « Ok Compost » (EN13432). Les sacs sont disponibles dans la plupart des commerces du canton. Son prix donne lieu à des discussions constructives qui se tiennent actuellement avec les principaux distributeurs.

Campagne publicitaire de « La p’tite Poubelle verte »

P3 P2 P1

 

 

 

 

Cette initiative représente une solution gagnant-gagnant pour les habitants et les autorités en diminuant la part de déchets organiques de ceux qu’on nomme « incinérables ». Sachant qu’un ménage de 4 personnes produit en moyenne 200 kilos de déchets de cuisine par an, le potentiel est significatif. Elle entrainera une réduction des coûts de traitement de l’usine d’incinération des Cheneviers et permettra à Genève d’atteindre son objectif ambitieux, mais néanmoins réalisable, de 50% de taux de récupération d’ici fin 2017.

P4

Site du projet pilote de la Fondation ReBin à Toffo, Bénin

Notre projet3-D model au Bénin s’inscrit dans une même dynamique de changement de paradigme. Considérer le déchet en général comme une ressource précieuse et non pas comme une ordure. Inviter tous les acteurs à prendre part au changement plutôt que de les y contraindre. Une collaboration qui s’opère à tous les niveaux en fédérant les autorités, les ménages, les producteurs agricoles, les marchés et tant d’autres. Nous ressortons de cette visite avec une confiance accrue que notre approche au Bénin est bonne et que la transformation en biogaz et engrais organiques apportera des solutions réelles aux besoins locaux. Même si le contexte est différent (mode de consommation, technologie, ressources, typologie de déchet, sensibilisation), le processus de valorisation reste identique et a démontré toute son efficacité depuis des décennies.

 

Nous souhaitons remercier Messieurs Daniel Chambaz, directeur général de l’Environnement à l’Etat de Genève et Jacques Martelain, directeur et géologue cantonal pour avoir rendu possible cette visite. Madame Anne Hervo, cheffe de projet « La P’tite Poubelle Verte », pour l’échange bénéfique de cette belle expérience. Egalement l’équipe du site de Châtillon pour leur accueil et leur professionnalisme et qui ont pris sur leur temps pour nous accompagner et nous expliquer chaque étape du processus et les spécificités de ce site de valorisation unique en son genre.

 

Lien à la galerie photo: https://rebin.ch/gallery/?lang=fr

développement durable

La soirée ReBin: un succès

Soirée de présentation de la Fondation ReBin à l’Hôtel Président Wilson, Genève

La Fondation ReBin pour le Développement Durable a tenu son premier événement ouvert à un large public ce 1 février 2017 à Genève. Cette soirée a réuni une centaine de personnes. L’audience étant composée de:

  • Diplomates
  • Représentants des secteurs public et privé
  • Représentants des organisations internationales
  • Premiers grands donateurs
  • Acteurs du développement durable
  • Partenaires
  • Sponsors

01022017-DSC03695

Le but de cet événement était de présenter les missions de la Fondation, les membres de la Fondation et tout particulièrement le concept de la valorisation des ressources qui sera mis en place cette année dans la commune de Toffo au Bénin. La présentation a permis à la Fondation de partager et de rappeler le contexte actuel, l’impact et l’engagement aux objectifs de développement durable auxquels répond ce projet, ainsi que les besoins financiers nécessaires à son implantation et son développement.

Ce fut l’occasion pour Son Excellence Monsieur Eloi Laourou, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Bénin en Suisse, d’exprimer son soutient à ce projet, étant lui même un acteur incontournable du développement durable en Afrique et de la gestion des déchets.

01022017-DSC03847

Léçan Pot, artiste bénino-suisse, a su nous faire partager avec humour sa vision du déchet dans son pays natale, le Bénin, ainsi que les liens qui unissent nos deux pays.

Cette soirée s’est conclue par des échanges très prometteurs entre les invités et les membres de la Fondation qui se sont traduits sous diverses formes:

  • Des promesses de dons
  • L’éventualité de partenariats
  • Des propositions de bénévolat dans le cadre d’un soutient autre que financier
  • Et une couverture médiatique à venir

 

 

Lien aux photos de la soirée: https://rebin.ch/gallery/?lang=fr